Close

Pas encore membre? Veuillez vous enregistrer pour commencer.

lock and key

Connexion à votre compte

Account Login

Mot de passe oublié?

Notre engagement écologique

Une approche environnementale
dont nous sommes fiers

Papier recyclé postconsommation de production locale
Procédés sans traitements chimiques
Économies de matériel et d’énergie
Encres écologiques et économies de toner
Pratiques internes de Mardigrafe

Papier recyclé postconsommation de production locale

Chez Mardigrafe, nous faisons la promotion active de la gamme de papier écologique Enviro100 auprès de nos clients. Ce papier est produit localement, à l’usine Rolland de Saint-Jérôme. Il est fabriqué exclusivement avec de la pâte contenant 100 % de fibre recyclée et à l’aide d’une énergie verte issue des biogaz récupérés d’un site d’enfouissement des déchets. Ce papier est blanchi sans chlore ni acide.

Chaque fois qu’une tonne de ce papier
est utilisée au lieu d’une autre,
17 arbres matures sont sauvés.

Pour les impressions nécessitant une grande quantité de papier, nous pouvons vous soumettre une option « papier écologique » qui prend en compte la différence de prix et l’impact environnemental calculé en arbres sauvegardés par rapport au tonnage de papier utilisé.

Depuis l’avènement du papier recyclé 100 % post-consommation, toutes nos épreuves intermédiaires sont réalisées sur papier Enviro100. Pour nos besoins administratifs, nous n’imprimons que le strict nécessaire et nous utilisons les deux côtés de la feuille !

Procédés sans traitements chimiques

Nous encourageons nos clients à choisir des papiers non couchés et des cartons non laminés en leur expliquant les impacts de ces procédés sur l’environnement. Nous offrons toute la gamme des reliures, incluant la reliure spirale écologique. Nous sommes toujours prêts à présenter des solutions de rechange attrayantes et plus douces pour la planète.

Économies de matériel et d’énergie

Depuis 2004, Mardigrafe s’est dotée de presses numériques qui permettent d’offrir l’impression à petit et à moyen tirage. Ceci permet à nos clients de n’imprimer que les quantités dont ils ont réellement besoin.

Par souci écologique, nous souhaitons éviter les déplacements inutiles. Aussi nous recourons systématiquement aux épreuves PDF transmises par Internet, et nous avons accru notre coordination des envois dans le but de diminuer le recours aux messagers. Notre planification des achats nous permet également de diminuer le kilométrage consacré au transport des biens.

Encres écologiques et économies de toner

Nous encourageons l’utilisation d’encres écologiques ne contenant ni solvants (composés organiques volatils, ou COV) ni siccatifs (métaux lourds cancérigènes : cobalt, manganèse, mercure, plomb). Ces encres existent et sont fabriquées localement, au Québec, ce qui réduit encore plus l’impact environnemental des impressions. Nos presses numériques de pointe n’utilisent que la quantité requise et optimale de toner, et toutes les cartouches sont recyclées par le fabricant.

Pratiques internes de Mardigrafe

Afin de réduire notre bilan énergétique dû à l’achat de matériel informatique neuf et le problème écologique des techno-déchets, nous avons pour politique de préserver notre équipement informatique aussi longtemps que possible. Ainsi, des mises à jour logicielles permettent de maintenir le matériel en fonction, et certains appareils sont reconvertis. Par exemple, nous avons converti des ordinateurs du système de production en serveurs. À la fin de son cycle de vie, notre équipement obsolète est envoyé aux centres de jeunes et aux écoles ou, dans le cas où il ne peut plus être apprécié par personne, nous le livrons à notre éco-centre.

Nous récupérons — depuis le début de nos opérations de prépresse en 1990 — les sels d’argent produits par le processus de développement des films grâce au dispositif anti-pollution Metafix. Les retailles de films produits en prépresse sont aussi recyclées. « Rien ne se perd, rien ne se crée. » (Lavoisier)

À notre échelle (une petite entreprise de moins de 10 employés), nous avons mis en place la semaine de 4 jours (temps de travail de 5 jours réparti sur 4 jours), ce qui est une manière de réduire les encombrements de l’heure de pointe tout en permettant de mieux concilier famille et travail. En d’autres mots, cela rend la vie plus agréable à nos employés sans compromis sur le plan économique. Il s’agit d’une solution simple qui, si elle était appliquée à grande échelle, aurait un effet bénéfique sur le bilan de carbone du Québec et, nous en sommes convaincus, sur le bilan de santé aussi. Il s’agit de 20 % des déplacements en heure de pointe.

Nous encourageons l’utilisation du transport en commun en payant les titres de transport mensuels de nos employés.

Nous souhaitons que circule l’information en matière d’environnement. Nous discutons avec nos clients et nos fournisseurs. Nous les écoutons, nous leur parlons. Nous ne tenons rien pour acquis : nous n’hésitons pas à remettre en question régulièrement nos manières de faire. Nous participons à des colloques, à des rencontres, à des réunions. La préservation de notre environnement n’est-elle pas devenue une activité économique à part entière ? Nous croyons que le bilan de carbone devrait apparaître dans tout bilan financier et qu’il devrait obligatoirement être pris en compte par les grands acteurs économiques : les banques, les grandes institutions prêteuses, le gouvernement.

Début ↑